Assainissement et drainage des eaux pluviales à Fada N’Gourma : Les études techniques pour la réalisation des ouvrages validées

Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’urgence de développement territorial et de résilience (PUDTR), des études techniques sont menées pour la réalisation d’ouvrages d’assainissement et de drainage des eaux pluviales dans la ville de Fada N’Gourma, région de l’Est. Le mercredi 19 janvier 2022, dans la capitale régionale, les différents acteurs se sont réunis lors d’un atelier pour valider (sous réserve de la prise en compte des propositions et amendement) les résultats de ces études techniques.

Cette initiative mise en œuvre par le ministère de l’Economie, des finances et du plan avec l’Agence des travaux d’infrastructures du Burkina (AGETIB) comme agence partenaire pour la composante 2 du projet, entend renforcer la résilience des populations dans les zones “fragiles”. Elle vise, notamment à améliorer la participation et l’accès inclusif des communautés aux infrastructures et services sociaux dans les zones de conflit sélectionnées et à risque de contagion.

En substance, il s’agira de leur fournir des commodités comme, entre autres, un éclairage public, des voiries urbaines pavées, des mesures de prévention contre les inondations ; des systèmes d’évacuation des eaux de pluie et un soutien à l’installation de kits d’énergie solaire domestique pour les ménages.

Cependant, la réalisation de ces infrastructures recommande un certain nombre d’études afin d’évaluer leurs faisabilités. C’est pourquoi, pour le cas de la ville de Fada N’Gourma, des études techniques pour la réalisation de ces ouvrages ont été menées. L’atelier du mercredi 19 janvier visait non seulement à faire des propositions d’aménagement et d’orientation mais aussi à faire des observations sur la recevabilité du rapport d’avant-projet sommaire qui va déterminer la suite du travail.

Le haut-commissaire de la province du Gourma, Adama Jean Ives Beré, s’est réjoui du déroulement des travaux

Selon le directeur général de l’Agence des travaux d’infrastructures du Burkina, Mathieu Lompo, un recours est fait aux services du cabinet d’ingénierie AGEIM-IC (Agence d’études d’ingénierie et de maîtrise d’œuvre) pour la réalisation des études techniques et le suivi-contrôle pour l’exécution des ouvrages d’assainissement et de drainage des eaux pluviales dans la ville de Fada N’Gourma.

Pour cela, trois phases ont été dégagées pour l’exécution des études. Il s’agit, de façon chronologique, de l’étude préliminaire (étude de reconnaissance), de l’étude d’avant-projet sommaire et de l’étude d’avant-projet détaillé. Cet atelier d’échanges, a-t-il confié, va permettre de valider l’avant-projet-sommaire afin d’amorcer l’étude d’avant-projet détaillé (APD – DAO) pour la sélection des entreprises des travaux.

Et pour l’ensemble de la ville de Fada, précise-t-il, les études ont porté sur un réseau d’assainissement d’environ 100 kms de caniveaux primaires, secondaires et tertiaires avec un réseau prioritaire de 30 kms. A en croire le directeur général de l’AGETIB, les travaux doivent connaître un début de démarrage dans le deuxième trimestre de l’année 2022 (avril ou mai) avec un délai d’exécution de quatre à six mois.

Le chef d’antenne de l’Est du PUDTR, Der Hien, a indiqué que le projet couvre la Boucle du Mouhoun et l’Est

Cinq composantes dans la mise en œuvre du projet

Dans son intervention, le chef d’antenne de l’Est du PUDTR, Der Hien, est revenu sur la vocation de ce projet formulé par le gouvernement burkinabè en 2021. Le PUDTR, selon ses explications, a été créé en réponse à tout ce que le Burkina vit comme crise dans certaines localités. Il a pour objectif d’améliorer la participation et l’accès inclusif des communautés ciblées (y compris les personnes déplacées internes) aux services de base et aux infrastructures dans les zones de conflits et à risques.

Et pour la phase pilote, deux régions, notamment, la Boucle du Mouhoun et l’Est, ont été choisies. De façon spécifique, dira le chef d’antenne de l’Est du PUDTR, le projet couvre 15 communes dans les deux régions. Il concerne cinq composantes telles que l’amélioration de l’accès aux services sociaux de base ; l’amélioration de la connectivité physique et virtuelle et la résilience urbaine ; la relance économique communautaire ; l’engagement citoyen, la gestion du projet et l’intervention d’urgence conditionnelle.

Le maire de Fada,Jean Claude Loari, en a profité pour interpeller sur l’état de la route de Fada

Satisfaction de l’autorité communale

Le maire de la commune de Fada, Jean Claude Loari, a exprimé sa satisfaction de voir se projet aboutir. Toutefois, il a laissé entendre que cet aboutissement est en partie dû aux efforts fournis par sa commune. A l’entendre, depuis 2017 plusieurs démarches ont été entreprises auprès des décideurs politiques pour attirer leur attention sur l’assainissement de la ville de Fada. Et ces démarches, selon lui, ont porté fruit au regard de l’imminence de la concrétisation de ces vœux formulés par les Fadavillois en matière d’infrastructures. « Chaque année, au moins trois ou quatre fois, les populations ont les pieds dans l’eau », a-t-il dénoncé pour évoquer le déficit de drainage de la ville. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Source: Lefaso.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.