Conseil des ministres : Le gouvernement examine un rapport sur la réouverture éventuelle des frontières

Le ministre de la Communication et des Relations avec le parlement, Rémis Fulgance Dandjinou, a livré aux journalistes le point du conseil des ministres du 10 juin 2020. Plusieurs sujets étaient à l’ordre du jour. Au titre du ministère de la Santé, il a été question de l’état d’évolution du Covid-19 et de l’examen d’un rapport sur « l’éventuelle ouverture des frontières ».

Après un bref rappel des décrets et décisions pris en conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou, a laissé place aux questions des médias.

Ainsi, répondant à une question relative aux Burkinabè arrêtés en république ivoirienne et présentés à la télévision publique dudit pays, le ministre Dandjinou a expliqué que le conseil des ministres a effectivement appris, par le biais du ministre en charge des Burkinabè de l’extérieur, que des compatriotes sont dans les mains des autorités ivoiriennes du fait de la traversée clandestine de la frontière, alors qu’elles sont fermées du fait du Covid-19. Toutefois, il a rassuré que les autorités sont à pied d’œuvre pour assister ces Burkinabè.

Sur un sujet similaire, notamment l’ouverture des frontières, il a expliqué qu’un rapport du ministère de la Santé va situer l’opinion sur la suite à donner, conformément aux exigences de l’UEMOA. Ledit rapport a été présenté au cours du conseil des ministres par Pr Claudine Lougué, ministre de la Santé, et est toujours en étude.

Parlant des annonces relatives aux averses torrentielles sur le territoire national au cours de cette saison pluvieuse, avec des possibilités d’inondations, le ministre a invité les Burkinabè à la prudence et à ne pas habiter dans les bas-fonds, ni dans les zones à risque. Abordant le sujet des déplacés internes victimes d’inondations dans la province de Bam, Rémis Fulgance Dandjinou a rassuré que la ministre de l’Action humanitaire travaille à assister les sinistrés. Toutefois, il s’est gardé de faire le point des dégâts matériels.

Concernant les viols perpétrés sur des femmes dans les camps de déplacés de Barsalogho, révélés dans le rapport de l’ONG Oxfam, le ministre a invité les médias à faire confiance au gouvernement qui a pris des engagements en matière de droits humains. A ce sujet, il a déclaré que la ministre de la Femme n’accorde aucune tolérance en matière de violation des droits humains.


source: Lefaso.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *