11e édition de la Foire aux semences : Des variétés améliorées pour booster la production agricole

Le ministre en charge de la Recherche scientifique, Alkassoum Maïga, a procédé à l’ouverture officielle de la 11e édition de la Foire aux semences, ce jeudi 4 juin 2020 à l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (INERA), à Ouagadougou. Placée sous le thème « Contribution des semences améliorées à la sécuritaire alimentaire dans le contexte de crises sécuritaire et sanitaire », cette 11e édition se tient du 4 au 7 juin 2020. L’objectif de cette foire est d’inciter les producteurs à utiliser davantage de semences de variétés améliorées, pour une intensification durable de la production agricole au Burkina Faso.

Le Burkina Faso, dont l’économie repose sur le secteur rural, est secoué par des crises sécuritaires et sanitaires. L’agriculture, qui emploie plus de 80% de la population, est impactée de nos jours par la crise sécuritaire, ce qui entraîne des difficultés en matière de production. Aussi, avec le changement climatique, la pluviométrie est de moins en moins abondante.

Coupure de ruban

Face à tous ces aléas, le ministère de la Recherche scientifique, à travers l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (INERA), a organisé la 11e édition de la Foire aux semences. L’objectif de cette foire est de promouvoir les semences de variétés améliorées de plantes pour une intensification durable de la production agricole au Burkina Faso.

Ainsi, du 4 au 7 juin 2020, les acteurs du monde agricole seront informés et sensibilisés sur l’état actuel de la création et de la production de semences au Burkina Faso. Plusieurs activités sont au programme de cette onzième foire. Il s’agit entre autres d’activités d’information et de sensibilisation, le renforcement de capacités des acteurs et la vente de semences et de plantes produites par l’INERA. « L’utilisation de semences améliorées associées aux bonnes pratiques contribuera à accroître la productivité agricole », a souligné le directeur de l’INERA, Dr Amidou Traoré.

Des officiels dans des stands

Ainsi, à travers cette foire, l’INERA compte sensibiliser les acteurs du monde agricole à la contribution des semences améliorées à l’accroissement de la production et à la génération des revenus pour les producteurs. Cette foire sera l’occasion pour les acteurs de renforcer leurs capacités techniques dans le domaine.

L’INERA exposera des échantillons de semences de variétés améliorées, accompagnés de fiches techniques. Les acteurs pourront poser leurs préoccupations pour cerner les caractéristiques des variétés ainsi que les notions relatives à la qualité des semences. Les activités de vente concernent essentiellement les plantes et les semences produites par les directions régionales de l’INERA et leurs partenaires.

Le directeur de l’INERA, Dr Amidou Traoré

L’organisation annuelle de cette foire s’inscrit dans le cadre de la convention signée entre le département de la Recherche scientifique et celui de l’Agriculture. Cette collaboration consiste à apporter des semences de variétés de qualité pour réduire les baisses de la production agricole. Le ministre en charge de l’Agriculture, Salifou Ouédraogo, a saisi cette occasion pour encourager l’INERA qui se bat pour assurer la production et la fourniture de semences.

Le ministre en charge de l’agriculture, Salifou Ouédraogo

« Les efforts d’accompagnement se poursuivront par le renforcement de capacités en infrastructures et équipements scientifiques, afin de permettre à l’INERA de répondre efficacement à la demande », a déclaré à son tour le ministre de la Recherche scientifique, Alkassoum Maïga.

Le ministre en charge de l’innovation Alkassoum Maiga

L’INERA compte environ 507 agents dont 284 chercheurs dont treize attachés de recherche, 53 maîtres de recherche, 86 chargés de recherche, 33 attachés de recherche et 99 ingénieurs de recherche. Il y a aussi une trentaine de chercheurs seniors en détachement ou en disponibilité. Il dispose de huit stations et d’antennes de recherche établies sur une superficie totale de plus de 5 500 hectares ainsi que de sites de recherche disséminés à travers le territoire national.

O.I.
Lefaso.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *